Jump to main content
banner
LE CLEA
Accueil
Charte
Actions du Clea
es Communiqués
eses Actualité
es Nederlands / English
es Clea en son et images
  Clea - Section Liège
Législations liberticides
Appel du SAD
es Note sur la loi anti-T
im Une nouvelle inquisition
Procès du DHKC
es Enjeux et contexte
es Les enjeux de ce procès
es Les détenus de Bruges
im Traiments inhumains et dégrandants en prison
Démocratie en Turquie?
Une presse sous emprise
es Un procès exemplaire
es L'autre affaire Erdal
es Procès en Appel à Gand
es Condamné à cinq ans
es Messages de soutien
es Comptes-rendus des audiences
es 1ère instance: Bruges
es Note sur le dossier de Bruges
es Jugement du 28-02-06
im Bahar Kimyongür
es Un complot contre Bahar
es Bahar libéré aux Pays-Bas
es Pétition, soutiens...
es Autobiographie
es Note sur l'arrestation aux Pays-Bas
es Lettre de l'avocat turc
es Jugement de La Haye
Dans le collimateur des lois anti-terroristes
es Procès politique à Liège
es Une menace qui grandit
Presse
es Cartes blanches, articles
Liste de diffusion
es

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion cliquez ici


À lire absolument notre nouvelle et très complète brochure «Kimyongur Bahar : Le dossier à charge»
[Lire]

Pour un soutien financier:
363-0054263-80

Portez le pin's
«Triangle rouge»
Le Clea en a fait son symbole

triangle rouge
Où se le procurer?
Cliquez sur l'image

Un seul pas suffirait pour arrêter le compteur macabre !
Avant son incarcération, Bahar Kimyongür avait lancé un appel urgent à la constitution d'une délégation internationale en Turquie en vue de sauver la vie de l'avocat des droits de l'Homme Behiç Asçi, en grève de la faim depuis plusieurs mois en protestation pour les conditions de détention de ses clients. Il fut écouté mais Maître Asçi se débat encore entre la vie et la mort. Faisons du geste généreux de Bahar une victoire : Soutenons sa campagne ! [Lire]

 

yeux


[22/01/2007] «Victoire!»
Behic Asci
Behic Asçi le 22/01/2007
 
gulcan
Gulcan Goruroglu, le 22/01/2007

                                                              Prison de Gand, le 22 janvier 2007
I
l est 00h17 précises.

Une journaliste turque prononce les mots “prisons de type F”. Je retiens mon souffle.

Va-t-elle une nouvelle fois annoncer la mort d’un camarade?

Une véritable coulée de lave envahit mes veines le temps qu’elle achève sa phrase.
Ça y est, c’est fini!

Non, ce n’est pas la fin d’une vie mais la fin d’une hécatombe.

L’incroyable nouvelle, celle que nous étions si nombreux à attendre depuis 6 ans, 3 mois et 2 jours vient d’être annoncée au journal télévisé du canal turc TRT-INT: un accord sur la levée de l’isolement carcéral en prison de type F a enfin été trouvé.

Cet accord apparemment préliminaire se serait concrétisé par la publication par le ministère de la justice d’une circulaire prévoyant la rencontre d’un maximum de dix détenus à raison de dix heures par semaine et ce, sans condition préalable. Désormais, les prisonniers pourront avoir des contacts sociaux dans ces oubliettes modernes que sont ces prisons de type F ce qui a une valeur vitale pour eux.

Je n’arrive pas à y croire. La décharge émotionnelle est trop forte. Si forte que je parviens à peine à réprimer un cri de rage, de joie, de douleur, de folie, d’amertume, d’espoir.

Est-il cependant raisonnable de se fier a la presse officielle turque? Certainement pas. Info ou intox? Je n’en sais rien, mais je veux y croire. A l’instant où la journaliste annonce la cessation de la grève de la faim des opposants au régime d’isolement, j’obtiens l’assurance de la crédibilité de l’information. Car étant retranché derrière ses ultimes fortifications, le pouvoir n’a plus le luxe du mensonge.

Ainsi, grâce à cette nouvelle mesure, mon avocat Behiç Asçi ainsi que deux femmes grévistes, l’une prisonnière politique du nom de Sevgi Saymaz et l’autre, ex-détenue dénommée Gulcan Goruroglu auraient interrompu leur jeûne à outrance alors que tous trois, grabataires, avaient atteint l’article de la mort par 293 jours de grève de la faim pour l’avocat et 268 jours pour les deux jeunes femmes.

Il aura fallu plus de 6 années de souffrances incommensurables, 122 morts parmi les protestataires du régime d’isolement, plus de 600 mutilés parmi les grévistes de la faim alimentés de force, des centaines de manifestations dispersées par la brutalité policière, des milliers d’arrestations et presque autant de séances de torture dans les commissariats, des centaines de milliers de signatures collectées et plus d’un demi-milliard de tracts distribués pour  que le gouvernement turc daigne enfin rendre ses prisons  de type F un peu plus humaines.

Le succès arraché par les prisonniers est une grande victoire pour les forces démocratiques du pays et pour tous les défenseurs des droits de l’Homme de par le monde.

On la doit avant tout à l’incroyable sacrifice des détenus révolutionnaires qui ont “aimé la vie à en mourir” et qui ont choisi de “mourir de faim plutôt que de mourir de solitude”, à leurs parents et leurs camarades qui ont payé le même tribut, aux milliers de militants et de sympathisants qui, tout au long de cette campagne ont perdu leur liberté, leur santé ou leur travail par solidarité et par altruisme.

On la doit aussi à la solidarité internationale, aux nombreuses délégations qui ont rendu visite aux grévistes de la faim et qui ont dénoncé sans relâche la situation inhumaine qui régnait dans les prisons de type F que ce soit par des rapports de missions, dans la rue, aux portes des ambassades turques ou dans les parlements.

Au moment où j’écris ces lignes, je ne connais pas encore la teneur exacte de la circulaire ministérielle et ne sais si par exemple, elle contient d’autres clauses concernant une amélioration du réglement intérieur des prisons.

En tout cas, la victoire qu’incarne cette circulaire ne doit certainement pas nous faire baisser la garde car les exactions commises contre les prisonniers et les privations qu’ils endurent sont multiples et, d’autre part, nous savons par expérience, qu’un droit acquis ne l’est jamais définitivement, et encore moins dans les prisons turques.

Je me souviens qu’en 1996, à peine deux mois après la victoire historique des détenus, parmi lesquels 12 grévistes de la faim décédèrent en 69 jours de jeûne, victoire qui leur avait permis d’obtenir la fermeture de la seule prison de haute sécurité qui existait à l’époque, l’armée turque avait massacré 10 prisonniers politiques à la prison de Diyarbakir.

Aujourd’hui cependant nous sommes des milliers de militants en Turquie, en Europe et dans le monde à partager l’immense bonheur de tous les prisonniers de Turquie, le profond soulagement que nos trois camarades grévistes survivront à leur jeûne mais en même temps le terrible regret que les héros martyres de cette résistance ne soient pas avec nous pour célébrer cette victoire qui avant tout leur appartient.

Honneur à eux !

Honneur à ces héros du peuple, à ces perles de l’humanité qui ont réussi à faire triompher la lumière de l’espoir et de la dignité dans les ténèbres des prisons et dans nos cœurs.

Bahar Kimyongür

Prison de Gand, la glorieuse nuit du lundi 22 janvier 2007.




Le Clea est un collectif citoyen visant à promouvoir un débat critique sur les nouvelles législations antiterroristes. Le cas de Bahar Kimyongür est exemplaire à cet égard. En vertu de ces nouvelles dispositions, non seulement les libertés d'expression et d'association sont mises à mal mais, en plus, l'avenir d'un homme qui n'a commis aucun délit et comdamné aujourd'hui à cinq ans de prison ferme, est gravement compromis.  
 
 
 

autocollant
Bahar Kimyongür est un symbole
Il est le symbole des dangers que la lutte contre le “terrorisme” fait peser sur nos libertés

Vous souhaitez soutenir Bahar concrètement ?
Ce qui suit vous intéressera :
Lire
Téléchargez ici, et reproduisez et diffusez SVP un tract au format pdf
Soutenir Bahar
Prochaine réunion du Clea : À fixer


«Dis-moi avec qui tu colistes...»
Lire :

«Un citoyen belge livré pour des raisons électoralistes à un régime pratiquant la torture ?»

Consultez aussi :
www.mouvements.be


Actualité de Huxley
«(...) au moyen de méthodes toujours plus efficaces de manipulation mentale, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques – élections, parlements, hautes cours de justice– demeureront mais la substance sous-jacente sera une nouvelle forme de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu'ils étaient aux bon vieux temps. La démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions (...) et de tous les éditoriaux mais (...) l'oligarchie au pouvoir et son élite hautement qualifiée de soldats, de policiers, de fabricants de pensée, de manipulateurs mentaux mènera tout et tout le monde comme bon lui semblera.»
Aldous Huxley, Retour au meilleur des mondes
n

Site optimisé pour le navigateur
Firefox
Firefox
Téléchargez-le ici