Jump to main content
banner
LE CLEA
Accueil
Charte
Actions du Clea
es Communiqués
eses Actualité
es Nederlands / English
es Clea en son et images
  Clea - Section Liège
Législations liberticides
Appel du SAD
es Note sur la loi anti-T
im Une nouvelle inquisition
Procès du DHKC
es Enjeux et contexte
es Les enjeux de ce procès
es Les détenus de Bruges
im Traiments inhumains et dégrandants en prison
Démocratie en Turquie?
Une presse sous emprise
es Un procès exemplaire
es L'autre affaire Erdal
es Procès en Appel à Gand
es Condamné à cinq ans
es Messages de soutien
es Comptes-rendus des audiences
es 1ère instance: Bruges
es Note sur le dossier de Bruges
es Jugement du 28-02-06
im Bahar Kimyongür
es Un complot contre Bahar
es Bahar libéré aux Pays-Bas
es Pétition, soutiens...
es Autobiographie
es Note sur l'arrestation aux Pays-Bas
es Lettre de l'avocat turc
es Jugement de La Haye
Dans le collimateur des lois anti-terroristes
es Procès politique à Liège
es Une menace qui grandit
Presse
es Cartes blanches, articles
Liste de diffusion
es

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion cliquez ici


À lire absolument notre nouvelle et très complète brochure «Kimyongur Bahar : Le dossier à charge»
[Lire]

Pour un soutien financier:
363-0054263-80

Portez le pin's
«Triangle rouge»
Le Clea en a fait son symbole

triangle rouge
Où se le procurer?
Cliquez sur l'image

Un seul pas suffirait pour arrêter le compteur macabre !
Avant son incarcération, Bahar Kimyongür avait lancé un appel urgent à la constitution d'une délégation internationale en Turquie en vue de sauver la vie de l'avocat des droits de l'Homme Behiç Asçi, en grève de la faim depuis plusieurs mois en protestation pour les conditions de détention de ses clients. Il fut écouté mais Maître Asçi se débat encore entre la vie et la mort. Faisons du geste généreux de Bahar une victoire : Soutenons sa campagne ! [Lire]

 

yeux

[31/12/2006] «Et que nous puissions être réunis tous ensemble autour du banquet de la victoire...»

                                                             Prison de Gand, le 31 décembre 2006
Mes chers amis,

Nous voilà, une fois de plus réunis comme nous l’avons souvent été tout au long de l’année écoulée, malgré la distance, les murs et les barbelés qui nous ont séparé pendant quatre mois. Mais, plus en nous a séparé et plus on nous a soudé les uns aux autres. C’est cela la force de la camaraderie et de l’amitié et en même temps, la faiblesse des tyrans mesquins obsédés de répression. Grâce à vous, ils perdent la partie et ils le savent. Voilà pourquoi aujourd’hui, ils recourent à la plus odieuse des provocations en prétendant recevoir des menaces et cela, dans le seul but de justifier d’autres purges. Ce sont de bien mauvais perdants. Or, nous ne leur avons jamais demandé de se mesurer à nous, et inversement, nous-mêmes n’avons jamais eu l’intention de les défier.

En tout cas, quelle que soit l’issue finale du procès, la victoire nous appartient déjà, car nous avons gagné votre respect et votre solidarité, ce qui a bien plus de valeur que notre propre liberté. Ce sont là, les plus beaux cadeaux qu’un prisonnier puisse désirer.

En retour, je souhaite que ce soir, vous vous éclatiez sans entrave jusqu’à en perdre demain la voix, l’appétit et la sensation de vos jambes. Mangez, trinquez, dansez, chantez, riez comme jamais. Comme si j’étais parmi vous... Surtout pas de retenue ni de “dolorisme”. Ce serait me faire le plus grand tort.

Vous savez, en Turquie, même lors des funérailles, on entonne des chansons de lutte et on danse en rondes. Parfois, même, on revêtit le ou la camarade martyre d’un habit de mariage pour lui faire honneur et donner un air de fête à la cérémonie. Excusez-moi de vous parler de deuil aujourd’hui mais je n’ai pas trouvé meilleur exemple pour vous convaincre de vous amuser comme des fous.

Et puisque j’évoque la Turquie, je tiens à saluer en votre présence mon camarade avocat Behiç, un honorable représentant de sa profession qui nous enseigne que la lutte pour la démocratie ne se limite pas aux salles du prétoire. Par amour de ses camarades jetés aux oubliettes de type F et dans l’espoir de sensibiliser les autorités turques afin qu’elles se penchent sur leur sort, il a cessé de s’alimenter en avril dernier. Mes pensées vont également à Sevgi, fleur parmi les fleurs captives, qui se fane, elle aussi, du fond de sa cellule, à la prison d’Usak. Sans oublier mon adorable sœur Gulcan au sourire aussi angélique que les terres méridionales d’où elle vient. Elle aussi affronte la mort pour la survie des nôtres. Jour après jour, augmente mon inquiétude de les perdre à jamais.

Aussi, je vous demande que, durant cette année 2007, votre grand cœur leur accorde un tout petit peu de place de manière à ce que nous puissions les garder en vie. De manière à ce que nous puissions être réunis tous ensemble autour du banquet de la victoire. Merci infiniment pour votre solidarité infinie.

Que cette nouvelle année vous apporte bonheur, espoir et succès.

A présent, place à la fête !

Je vous embrasse avec force et tendresse,

Bahar Kimyongür




Le Clea est un collectif citoyen visant à promouvoir un débat critique sur les nouvelles législations antiterroristes. Le cas de Bahar Kimyongür est exemplaire à cet égard. En vertu de ces nouvelles dispositions, non seulement les libertés d'expression et d'association sont mises à mal mais, en plus, l'avenir d'un homme qui n'a commis aucun délit et comdamné aujourd'hui à cinq ans de prison ferme, est gravement compromis.  
 
 
 

autocollant
Bahar Kimyongür est un symbole
Il est le symbole des dangers que la lutte contre le “terrorisme” fait peser sur nos libertés

Vous souhaitez soutenir Bahar concrètement ?
Ce qui suit vous intéressera :
Lire
Téléchargez ici, et reproduisez et diffusez SVP un tract au format pdf
Soutenir Bahar
Prochaine réunion du Clea : À fixer


«Dis-moi avec qui tu colistes...»
Lire :

«Un citoyen belge livré pour des raisons électoralistes à un régime pratiquant la torture ?»

Consultez aussi :
www.mouvements.be


Actualité de Huxley
«(...) au moyen de méthodes toujours plus efficaces de manipulation mentale, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques – élections, parlements, hautes cours de justice– demeureront mais la substance sous-jacente sera une nouvelle forme de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu'ils étaient aux bon vieux temps. La démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions (...) et de tous les éditoriaux mais (...) l'oligarchie au pouvoir et son élite hautement qualifiée de soldats, de policiers, de fabricants de pensée, de manipulateurs mentaux mènera tout et tout le monde comme bon lui semblera.»
Aldous Huxley, Retour au meilleur des mondes
n

Site optimisé pour le navigateur
Firefox
Firefox
Téléchargez-le ici