Jump to main content
banner

LE CLEA
Accueil
Charte
Actions du Clea
es Communiqués
eses Actualité
es Nederlands / English
es Clea en son et images
  Clea - Section Liège
Législations liberticides
Appel du SAD
es Note sur la loi anti-T
im Une nouvelle inquisition
Procès du DHKC
es Enjeux et contexte
es Les enjeux de ce procès
es Les détenus de Bruges
im Traiments inhumains et dégrandants en prison
Démocratie en Turquie?
Une presse sous emprise
es Un procès exemplaire
es L'autre affaire Erdal
es Procès en Appel à Gand
es Condamné à cinq ans
es Messages de soutien
es Comptes-rendus des audiences
es 1ère instance: Bruges
es Note sur le dossier de Bruges
es Jugement du 28-02-06
im Bahar Kimyongür
es Un complot contre Bahar
es Bahar libéré aux Pays-Bas
es Pétition, soutiens...
es Autobiographie
es Note sur l'arrestation aux Pays-Bas
es Lettre de l'avocat turc
es Jugement de La Haye
Dans le collimateur des lois anti-terroristes
es Procès politique à Liège
es Une menace qui grandit
Presse
es Cartes blanches, articles
Liste de diffusion
es

Envoyez un email vide à :clea-join@leclea.be


À lire absolument notre nouvelle et très complète brochure «Kimyongur Bahar : Le dossier à charge»
[Lire]

Pour un soutien financier:
363-0054263-80

Portez le pin's
«Triangle rouge»
Le Clea en a fait son symbole

triangle rouge
Où se le procurer?
Cliquez sur l'image

Un seul pas suffirait pour arrêter le compteur macabre !
Avant son incarcération, Bahar Kimyongür avait lancé un appel urgent à la constitution d'une délégation internationale en Turquie en vue de sauver la vie de l'avocat des droits de l'Homme Behiç Asçi, en grève de la faim depuis plusieurs mois en protestation pour les conditions de détention de ses clients. Il fut écouté mais Maître Asçi se débat encore entre la vie et la mort. Faisons du geste généreux de Bahar une victoire : Soutenons sa campagne ! [Lire]

 


chroniques

Martial et Kemal, deux révoltes pour un même désespoir
Article publié dans la rubrique «Chronique des libertés» du Drapeau Rouge n°23


Le 1er mai dernier, Ebenizert Folefack Sontsta dit «Martial», un jeune Camerounais en séjour illégal en Belgique, est retrouvé mort dans sa cellule du centre de rétention de Merksplas. Une fin tragique à faire pleurer de rage, pour une vie qui l’a été tout autant.

Confronté à l’insécurité et à la misère dans son pays, Martial fit le choix douloureux de quitter les siens et dût braver d’innombrables dangers avant d’atteindre notre pays de cocagne où un déluge de violences allait s’abattre sur lui du fait de sa condition de clandestin : discriminations sociales, mépris, racisme, humiliations, contrôles policiers, déportation, sévices. Autant de facteurs qui vont constituer le cadre entourant sa disparition.

Malgré l’enchaînement d’échecs et de souffrances morales et physiques qu’il eût à subir, certaines sources officielles ont eu l’impudence de l’accuser de s’être suicidé. Or, quand bien même il aurait posé l’acte ultime de faire cesser ce qui pour lui ne ressemblait plus à une vie, ne sommes-nous pas en droit d’incriminer cette gigantesque usine de la mort appelée « impérialisme » qui impose une espérance de survie de 45 ans à un peuple dont l’un des fils meurt en captivité à l’âge de 32 ans dans l’un des pays les plus riches et des plus sûrs de la planète ? Il serait dès lors euphémique de parler d’une « Europe forteresse » alors que celle-ci joue le rôle de gérante de l’exploitation des peuples dans une chaîne mondialisée où Ebenizert et avant lui Semira Adamu ainsi que les milliers d’autres victimes intra et extra muros, ne sont que des scories pour des terroristes en cravate qui aujourd’hui spéculent sans vergogne sur le pain des pauvres…

Pour moi qui suis originaire d’un pays pourvoyeur de centaines de milliers d’ex et actuels sans-papiers, le sacrifice de Martial n’est pas sans rappeler celui de Cemal Kemal Altun, il y a 25 ans. Au-delà des différences entre leurs appartenances ethniques, philosophiques et leurs parcours de vie, ce sont leurs souffrances communes, leur détresse et somme toute, leur message d’espoir que je souhaite mettre ici à l’honneur.

Né en 1960 à Samsun (Nord de la Turquie), Cemal Kemal Altun fut un militant politique actif au sein de Devrimci Sol (Gauche révolutionnaire, un mouvement dont est issu l’actuel DHKP-C), il s’engagea comme des milliers de jeunes, dans la résistance contre la terreur fasciste qui ensanglantait les rues durant les années ’70. C’était une époque où les Loups Gris entraînés par la CIA, assassinaient en moyenne près d’une quinzaine de personnes par jour parmi les gens de gauche, les minorités ethniques et religieuses. Pour contrer cette violence, le 27 mai 1980, des combattants de Devrimci Sol exécutent le ministre fasciste des douanes et des monopoles, le sinistre Gün Sazak qui est également le bras droit du colonel Türkes, führer du Parti d’action nationaliste (MHP) et de ses « Loups Gris ». En représailles, ces derniers organisent un pogrome dans les quartiers alévis et de gauche de la ville de Corum qui se solde par la mort de 57 progressistes. Pour soi-disant mettre fin à ces troubles, une junte militaire dirigée par le général Evren prend le pouvoir le 12 septembre 1980. Celle-ci écrase littéralement le mouvement ouvrier, étudiant, révolutionnaire et syndical. La barbarie et le cynisme de la junte sont sans limite. Le 13 décembre 1980, les militaires iront jusqu’à pendre Erdal Eren, un adolescent progressiste âgé de 17 ans et ce, après l’avoir délibérément vieilli pour le rendre exécutable.

Recherché par la junte pour sa participation présumée à l’exécution du ministre fasciste Gün Sazak, Cemal Kemal Altun se réfugie en 1982 à Berlin-ouest. Mais Cemal Kemal Altun voit sa demande d’asile politique refusée à une époque où la RFA était dirigée par la coalition de droite CDU/FDP.

Le 30 août 1983, soit après 13 mois de détention préventive, Cemal Kemal Altun comparaît devant un tribunal administratif de Berlin qui conclut à son extradition vers la Turquie des généraux putschistes. Kemal saisit alors un moment d’inattention pour se défénestrer du 6e étage du tribunal. A l’instar de Martial, son frère africain, Kemal n’était pas suicidaire. Par cet acte désespéré, Kemal l’inexpugnable, l’indomptable voulait, condamner la dictature fasciste du général Evren et la collaboration allemande. Kemal mourut sur le coup. Il n’avait que 23 ans… Sa mort provoqua l’indignation de l’opinion publique allemande, y compris celle des milieux conservateurs. Il devint un symbole du déni du droit d’asile, un droit que les autorités allemandes lui octroieront hypocritement à titre posthume. Aujourd’hui, deux places publiques, l’une située à Hambourg et l’autre à Kassel, ainsi qu’un monument érigé à Berlin portent son nom. Plusieurs chansons et « Fremdennacht », un film de Ayse Polat sorti en 1992 lui sont consacrés. Par ailleurs, le célèbre journaliste allemand Günter Wallraff lui a entre autres dédié son best-seller «Tête de turc».

Le 30 août de chaque année, des rassemblements en hommage à Kemal et à tous les sans-papiers menacés d’expulsion sont organisés un peu partout en Allemagne. Cette année, nous célèbrerons le 25e anniversaire de sa disparition tragique.

Martial et Kemal sont devenus à leur insu et dans la mort, deux compagnons d’infortune, deux martyres d’un même combat désespéré.

Mais, au vu de la prise de conscience que leur sacrifice a suscité, peut-on considérer Martial et Kemal comme morts ? Si la réponse est oui, où s’arrête vraiment leur assassinat ? Où commence leur suicide ?

 

Le Clea est un collectif citoyen visant à promouvoir un débat critique sur les nouvelles législations antiterroristes. Le cas de Bahar Kimyongür est exemplaire à cet égard. En vertu de ces nouvelles dispositions, non seulement les libertés d'expression et d'association sont mises à mal mais, en plus, l'avenir d'un homme qui n'a commis aucun délit et comdamné aujourd'hui à cinq ans de prison ferme, est gravement compromis.  
 
 
 

autocollant
Bahar Kimyongür est un symbole
Il est le symbole des dangers que la lutte contre le “terrorisme” fait peser sur nos libertés

Vous souhaitez soutenir Bahar concrètement ?
Ce qui suit vous intéressera :
Lire
Téléchargez ici, et reproduisez et diffusez SVP un tract au format pdf
Soutenir Bahar
Prochaine réunion du Clea : À fixer


«Dis-moi avec qui tu colistes...»
Lire :

«Un citoyen belge livré pour des raisons électoralistes à un régime pratiquant la torture ?»

Consultez aussi :
www.mouvements.be


Actualité de Huxley
«(...) au moyen de méthodes toujours plus efficaces de manipulation mentale, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques – élections, parlements, hautes cours de justice– demeureront mais la substance sous-jacente sera une nouvelle forme de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu'ils étaient aux bon vieux temps. La démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions (...) et de tous les éditoriaux mais (...) l'oligarchie au pouvoir et son élite hautement qualifiée de soldats, de policiers, de fabricants de pensée, de manipulateurs mentaux mènera tout et tout le monde comme bon lui semblera.»
Aldous Huxley, Retour au meilleur des mondes
n

Site optimisé pour le navigateur
Firefox
Firefox
Téléchargez-le ici