Jump to main content
banner
LE CLEA
Accueil
Charte
Actions du Clea
es Communiqués
eses Actualité
es Nederlands / English
es Clea en son et images
  Clea - Section Liège
Législations liberticides
Appel du SAD
es Note sur la loi anti-T
im Une nouvelle inquisition
Procès du DHKC
es Enjeux et contexte
es Les enjeux de ce procès
es Les détenus de Bruges
im Traiments inhumains et dégrandants en prison
Démocratie en Turquie?
Une presse sous emprise
es Un procès exemplaire
es L'autre affaire Erdal
es Procès en Appel à Gand
es Condamné à cinq ans
es Messages de soutien
es Comptes-rendus des audiences
es 1ère instance: Bruges
es Note sur le dossier de Bruges
es Jugement du 28-02-06
im Bahar Kimyongür
es Un complot contre Bahar
es Bahar libéré aux Pays-Bas
es Pétition, soutiens...
es Autobiographie
es Note sur l'arrestation aux Pays-Bas
es Lettre de l'avocat turc
es Jugement de La Haye
Dans le collimateur des lois anti-terroristes
es Procès politique à Liège
es Une menace qui grandit
Presse
es Cartes blanches, articles
Liste de diffusion
es

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion cliquez ici


À lire absolument notre nouvelle et très complète brochure «Kimyongur Bahar : Le dossier à charge»
[Lire]

Pour un soutien financier:
363-0054263-80

Portez le pin's
«Triangle rouge»
Le Clea en a fait son symbole

triangle rouge
Où se le procurer?
Cliquez sur l'image

Un seul pas suffirait pour arrêter le compteur macabre !
Avant son incarcération, Bahar Kimyongür avait lancé un appel urgent à la constitution d'une délégation internationale en Turquie en vue de sauver la vie de l'avocat des droits de l'Homme Behiç Asçi, en grève de la faim depuis plusieurs mois en protestation pour les conditions de détention de ses clients. Il fut écouté mais Maître Asçi se débat encore entre la vie et la mort. Faisons du geste généreux de Bahar une victoire : Soutenons sa campagne ! [Lire]

 


bahar

À propos de la cassation


                                                              Prison de Nivelles, le 1er avril 2007
Messieurs les juges,

Rassurez-vous, je vous épargnerai cette fois de mes arguties concernant les circonstances de mes actes et paroles qui m’ont valu cinq ans de prison ferme. Vous savez comme moi que dans ce procès, la souris a accouché d’une montagne et ce, à cause de l’imagination débordante de magistrats idéologiquement marqués qui n’ont d’ailleurs pas manqué de nous donner des leçons de “politiquement correct” tout au long de leur jugement.

Vous savez aussi que l’issue de ce procès a été décidée lors de rencontres diplomatiques entre Bruxelles et Ankara et que par exemple, le succès fulgurant de la banque Fortis en Turquie n’y est pas étranger. C’est pourquoi, par respect pour votre rang et pour votre intelligence, je m’abstiendrai aussi de vous exposer les enjeux politico-financiers de ce procès et pour ce qui est des arguments juridiques je fais bien entendu pleinement confiance en mon avocat.

Je souhaiterais néanmoins attirer votre attention sur la requalification par les juges en appel de mon prétendu rôle au sein de l’organisation DHKP-C, une requalification subjective et infondée qui a alourdi ma condamnation d’une année faisant passer celle-ci de quatre à cinq ans de prison. Je crois en effet messieurs les juges qu’il ne faut pas être très perspicace pour réaliser que je n’ai pas la trempe d’un dirigeant et encore moins celle de leader d’une organisation telle que le DHKP-C. Car cela sous-entendrait que je supervise personnellement les activités de milliers de militants actifs dans les quatre coins de la Turquie, que je gère des dizaines voire des centaines de combattants.

Excusez-moi messieurs les juges mais je n’en ai ni l’ambition, ni la prétention, ni l’aptitude, ni le courage requis.

Pour voir en moi un dirigeant, il faut soit souffrir d’un trouble psychiatrique grave comme la paranoїa, soit avoir le Q.I. d’un colibri, soit être diaboliquement malintentionné. Par ailleurs, messieurs le juges, pour la énième fois je le dis et répète : je ne suis le membre d’aucun parti ni d’aucun mouvement ni clandestin ni même légal. Je ne suis qu’un simple soldat sans chef, sans armée et sans fusil, un soldat guidé par son cœur et sa conscience. Je ne suis que le serviteur d’une cause que je trouve juste parmi d’autres et que je me suis toujours refusé à imposer à quiconque. Non, messieurs les juges, je ne suis ni un monstre, ni un innocent. Je ne suis ni un crypto-terroriste ni un homme naїf. Je suis un militant antifasciste des plus ordinaires avec ses convictions et ses doutes.

Je sympathise avec le résistance des peuples contre le tyrannie et l’oppression, notamment avec la lutte sociale en Turquie et j’ai mes raisons : quinze de mes amis ont été assassinés par la police, l’armée, les escadrons de la mort, les “Loups Gris” ou par l’instransigeance et la cruauté des gouvernements qui se sont succédés ces dix dernières années. La plupart d’entre eux avaient moins de 25 ans.

C’étaient des êtres bardés de courage, de tendresse, de générosité, d’humour, de sagesse, de sincérité et de candeur. Des êtres exceptionnels, presqu’irréels, rappelant les héros des contes et légendes et des livres saints.

Ils rêvaient d’une Turquie nouvelle, libre, prospère et respectueuse de ses ouvriers, de ses agriculteurs, de ses artisans, de ses retraités, des ses étudiants, de ses intellectuels, de ses minorités, de ses cultures et de son environnement.

C’est ce rêve que je partage et que je poursuivrai en leur nom et au nom de tous nos fusillés et ce, quelle que soit l’issue de ce procès absurde.

Sans vouloir vous offenser messieurs les juges, je tiens à vous faire savoir qu’elle n’est pas encore née la justice qui m’imposera ce que je dois penser, dire et écrire ou qui je dois aimer ou ne pas aimer.

Veuillez agréer, messieurs les juges, mes salutations les plus respectueuses.

Bahar Kimyongür


Le Clea est un collectif citoyen visant à promouvoir un débat critique sur les nouvelles législations antiterroristes. Le cas de Bahar Kimyongür est exemplaire à cet égard. En vertu de ces nouvelles dispositions, non seulement les libertés d'expression et d'association sont mises à mal mais, en plus, l'avenir d'un homme qui n'a commis aucun délit et comdamné aujourd'hui à cinq ans de prison ferme, est gravement compromis.  
 
 
 

autocollant
Bahar Kimyongür est un symbole
Il est le symbole des dangers que la lutte contre le “terrorisme” fait peser sur nos libertés

Vous souhaitez soutenir Bahar concrètement ?
Ce qui suit vous intéressera :
Lire
Téléchargez ici, et reproduisez et diffusez SVP un tract au format pdf
Soutenir Bahar
Prochaine réunion du Clea : À fixer


«Dis-moi avec qui tu colistes...»
Lire :

«Un citoyen belge livré pour des raisons électoralistes à un régime pratiquant la torture ?»

Consultez aussi :
www.mouvements.be


Actualité de Huxley
«(...) au moyen de méthodes toujours plus efficaces de manipulation mentale, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques – élections, parlements, hautes cours de justice– demeureront mais la substance sous-jacente sera une nouvelle forme de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu'ils étaient aux bon vieux temps. La démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions (...) et de tous les éditoriaux mais (...) l'oligarchie au pouvoir et son élite hautement qualifiée de soldats, de policiers, de fabricants de pensée, de manipulateurs mentaux mènera tout et tout le monde comme bon lui semblera.»
Aldous Huxley, Retour au meilleur des mondes
n

Site optimisé pour le navigateur
Firefox
Firefox
Téléchargez-le ici