Jump to main content
banner
LE CLEA
Accueil
Charte
Actions du Clea
es Communiqués
eses Actualité
es Nederlands / English
es Clea en son et images
  Clea - Section Liège
Législations liberticides
Appel du SAD
es Note sur la loi anti-T
im Une nouvelle inquisition
Procès du DHKC
es Enjeux et contexte
es Les enjeux de ce procès
es Les détenus de Bruges
im Traiments inhumains et dégrandants en prison
Démocratie en Turquie?
Une presse sous emprise
es Un procès exemplaire
es L'autre affaire Erdal
es Procès en Appel à Gand
es Condamné à cinq ans
es Messages de soutien
es Comptes-rendus des audiences
es 1ère instance: Bruges
es Note sur le dossier de Bruges
es Jugement du 28-02-06
im Bahar Kimyongür
es Un complot contre Bahar
es Bahar libéré aux Pays-Bas
es Pétition, soutiens...
es Autobiographie
es Note sur l'arrestation aux Pays-Bas
es Lettre de l'avocat turc
es Jugement de La Haye
Dans le collimateur des lois anti-terroristes
es Procès politique à Liège
es Une menace qui grandit
Presse
es Cartes blanches, articles
Liste de diffusion
es

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion cliquez ici


À lire absolument notre nouvelle et très complète brochure «Kimyongur Bahar : Le dossier à charge»
[Lire]

Pour un soutien financier:
363-0054263-80

Portez le pin's
«Triangle rouge»
Le Clea en a fait son symbole

triangle rouge
Où se le procurer?
Cliquez sur l'image

Un seul pas suffirait pour arrêter le compteur macabre !
Avant son incarcération, Bahar Kimyongür avait lancé un appel urgent à la constitution d'une délégation internationale en Turquie en vue de sauver la vie de l'avocat des droits de l'Homme Behiç Asçi, en grève de la faim depuis plusieurs mois en protestation pour les conditions de détention de ses clients. Il fut écouté mais Maître Asçi se débat encore entre la vie et la mort. Faisons du geste généreux de Bahar une victoire : Soutenons sa campagne ! [Lire]

 


bahar

«Le Sourire de Nebi»


Notre première rencontre s’est passée un soir d’octobre 1993 à Anvers, lors d’un concert du groupe révolutionnaire ethno-rock “Yorum”. Il était alors en chaise roulante, recouvert de plâtre et de bandages. Malgré ses douleurs manifestes, un sourire radieux éclairait son visage. Notre dernière rencontre date d’octobre dernier. C’était quasi le même décor, sauf que cette fois, le concert de groupe Yorum se déroulait à Liège et son corps n’était non plus rendu méconnaissable par des accessoires médicaux mais par une chimio dévastatrice. Pourtant, là encore, il esquissait le même sourire. Nebi c’était cela : un sourire intarissable. Nebi, c’était la gaieté et la bonhomie à toute épreuve. Nebi c’était une main secourable tendue vers les autres. Ses nombreuses qualités humaines avaient fait de lui un homme respecté au sein de la communauté turque du Limbourg.

Nebi ne s’était jamais marié. À 41 ans, il était resté un amant fidèle et discret de la révolution.

Pour rendre service à ses camarades qu’il chérissait par dessus tout, il ne reculait devant aucun danger. Son courage lui avait d’ailleurs valu d’être inculpé dans le procès de Knokke mais fort heureusement, il s’en est sorti par un acquittement.

Avec son teint pâle, ses cheveux blonds, ses yeux bleus et son humour pétillant, Nebi était un homme typique de la Mer Noire. Peut-être un peu trop typique...

Car Nebi, c’est aussi l’histoire d’une région sinistrée par des cancers en tout genre. Il est en effet originaire de Caycuma, une petite ville du nord de la Turquie où le taux de décès par cancer est le plus élevé du pays. Nombreux sont les habitants de cette région qui accusent les autorités turques de ne jamais avoir mené d’enquête sérieuse sur les raisons des ravages du cancer dans cette région dominée par les cultures du thé, du tabac et de la noisette dont l’exportation draine chaque année des milliards de dollars vers les caisses de l’État. Certains experts portent leurs soupçons sur la catastrophe nucléaire de Tchernobyl survenue en 1986.

Cette hypothèse rest plausible vu que la ville ukrainienne se situe sur la rive d’en face. J’ignore si c’est la pollution nucléaire qui a emporté la vie de Nebi, de son père, de sa mère, de son frère, de sa soeur, de ses voisins et de nombre de ses payses.

Il y a deux ans, nous avons perdu le musicien Kazim Koyuncu, lui aussi originaire de la même région, et pour lui aussi, nous ignorons la provenance de son cancer. De toute manière, l’incurie des autorités turques y est pour beaucoup.

Nebi nous a quitté sans que nous ayons pu nous dire adieu. Avec son départ, je n’avais jamais ressenti la cruauté de la prison comme aujourd’hui.

Car j’aurais tant voulu revoir Nebi et l’embrasser une dernière fois de son vivant, du moins me recueillir devant sa dépouille, le poing levé, lui donner un dernier baiser sur le front, arborer sa photo sur la poitrine et l’accompagner au rythme des chansons de résistance qu’il aimait, jusqu’à l’aéroport d’où un avion l’emmènera vers la Turquie.

Demain, Nebi retrouvera sa terre natale, ce littoral pontique que les fascistes tentent de souiller par leurs crimes odieux. C’est en effet dans cette région que nos camarades ont été lynchés par les “Loups Gris” en 2005 alors qu’ils ne faisaient que distribuer des tracts concernant les tortures dans les prisons.

C’est dans cette région que le prêtre italien Santoro a été assassiné en 2006. C’est aussi de cette région que proviennent les assassins du journaliste arménien Hrant Dink abattu le mois dernier.

Même s’il n’est plus, Nebi est la preuve vivante que les rives de la Mer Noire ne seront jamais polluées par le fascisme. Mais Nebi sera toujours là, aux côtés de ses camarades pour faire flotter le drapeau de la justice et de la liberté sur les cîmes et les vagues de la Mer Noire.

Toi Nebi Albayoglu, l’humble ouvrier de Beringen, le héros silencieux de la révolution, ton sourire et ta générosité resteront à jamais imprimés dans nos cœurs et notre combat.

Bahar Kimyongur

Prison de Gand, le 21 février 2007

«Prends bien soin de toi...»

Ci-dessous, le message que Bahar a envoyé à Nebi Albayoglu à l’annonce de son hospitalisation urgente. Ce message n’est malheureusement jamais parvenu à destination :

«
Mon cher Nebi, mon cher camarade,

En ces jours où notre grande famille a remporté une victoire vitale dans les prisons de notre pays, à présent nous attendons ta victoire, celle que tu dois remporter contre ta maudite maladie. La dernière fois que tu nous a rendu heureux, c’était au tribunal lorsque tu avais obtenu un acquittement. Je te demande une nouvelle fois de nous faire plaisir. Sache que tu me manques beaucoup. Je regrette amèrement de ne pas être à ton chevet et espère te revoir debout, en bonne santé et avec ta bonne humeur légendaire.

Prends bien soin de toi.

Ton frère et camarade Bahar
»



Le Clea est un collectif citoyen visant à promouvoir un débat critique sur les nouvelles législations antiterroristes. Le cas de Bahar Kimyongür est exemplaire à cet égard. En vertu de ces nouvelles dispositions, non seulement les libertés d'expression et d'association sont mises à mal mais, en plus, l'avenir d'un homme qui n'a commis aucun délit et comdamné aujourd'hui à cinq ans de prison ferme, est gravement compromis.  
 
 
 

autocollant
Bahar Kimyongür est un symbole
Il est le symbole des dangers que la lutte contre le “terrorisme” fait peser sur nos libertés

Vous souhaitez soutenir Bahar concrètement ?
Ce qui suit vous intéressera :
Lire
Téléchargez ici, et reproduisez et diffusez SVP un tract au format pdf
Soutenir Bahar
Prochaine réunion du Clea : À fixer


«Dis-moi avec qui tu colistes...»
Lire :

«Un citoyen belge livré pour des raisons électoralistes à un régime pratiquant la torture ?»

Consultez aussi :
www.mouvements.be


Actualité de Huxley
«(...) au moyen de méthodes toujours plus efficaces de manipulation mentale, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques – élections, parlements, hautes cours de justice– demeureront mais la substance sous-jacente sera une nouvelle forme de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu'ils étaient aux bon vieux temps. La démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions (...) et de tous les éditoriaux mais (...) l'oligarchie au pouvoir et son élite hautement qualifiée de soldats, de policiers, de fabricants de pensée, de manipulateurs mentaux mènera tout et tout le monde comme bon lui semblera.»
Aldous Huxley, Retour au meilleur des mondes
n

Site optimisé pour le navigateur
Firefox
Firefox
Téléchargez-le ici