Jump to main content
banner

LE CLEA
Accueil
Charte
Actions du Clea
es Communiqués
eses Actualité
es Nederlands / English
es Clea en son et images
  Clea - Section Liège
Législations liberticides
Appel du SAD
es Note sur la loi anti-T
im Une nouvelle inquisition
Procès du DHKC
es Enjeux et contexte
es Les enjeux de ce procès
es Les détenus de Bruges
im Traiments inhumains et dégrandants en prison
Démocratie en Turquie?
Une presse sous emprise
es Un procès exemplaire
es L'autre affaire Erdal
es Procès en Appel à Gand
es Condamné à cinq ans
es Messages de soutien
es Comptes-rendus des audiences
es 1ère instance: Bruges
es Note sur le dossier de Bruges
es Jugement du 28-02-06
im Bahar Kimyongür
es Un complot contre Bahar
es Bahar libéré aux Pays-Bas
es Pétition, soutiens...
es Autobiographie
es Note sur l'arrestation aux Pays-Bas
es Lettre de l'avocat turc
es Jugement de La Haye
Dans le collimateur des lois anti-terroristes
es Procès politique à Liège
es Une menace qui grandit
Presse
es Cartes blanches, articles
Liste de diffusion
es

Envoyez un email vide à :clea-join@leclea.be


À lire absolument notre nouvelle et très complète brochure «Kimyongur Bahar : Le dossier à charge»
[Lire]

Pour un soutien financier:
363-0054263-80

Portez le pin's
«Triangle rouge»
Le Clea en a fait son symbole

triangle rouge
Où se le procurer?
Cliquez sur l'image

Un seul pas suffirait pour arrêter le compteur macabre !
Avant son incarcération, Bahar Kimyongür avait lancé un appel urgent à la constitution d'une délégation internationale en Turquie en vue de sauver la vie de l'avocat des droits de l'Homme Behiç Asçi, en grève de la faim depuis plusieurs mois en protestation pour les conditions de détention de ses clients. Il fut écouté mais Maître Asçi se débat encore entre la vie et la mort. Faisons du geste généreux de Bahar une victoire : Soutenons sa campagne ! [Lire]

 


chroniques

Anvers n'est pas Ankara
Bruxelles, 14 mai 2008
Article publié dans la rubrique «Chronique des libertés» du Drapeau Rouge, mai-juin 2008, n° 22, page 9


Le 7 février dernier, les juges de la Cour d’appel d’Anvers ont rendu un jugement proprement magistral en offrant à mes camarades et à moi-même un ticket retour vers la liberté.
Contre toute attente, ils ont écarté d’un revers de la main les élucubrations du procureur fédéral sur la «dangerosité» et le «caractère criminel» des militants inculpés.

 

herhat gercek


Ils ont en outre pulvérisé les sinistres projets du procureur qui consistaient à établir des tribunaux d’exception en Belgique, à criminaliser la résistance à l’oppression des Etats et à condamner des idées, en l’occurrence, marxistes. Leur courage et leur intégrité méritent sans aucun doute le respect et les compliments de tous les démocrates de ce pays et d’ailleurs.

En effet, grâce à eux, depuis le 7 février dernier, dans ce pays, on peut à nouveau se dire communiste et militer pour un idéal révolutionnaire sans risquer de se retrouver derrière les barreaux. Mais pour combien de temps encore ? Côté procureur fédéral, ce n’est que partie remise, car il a décidé de se pouvoir en cassation. En attendant la suite de cette saga judiciaire époustouflante, j’aimerais revenir sur certains cas bien moins heureux, notamment celui de mon petit frère de lutte Ferhat Gerçek, que j’ai évoqué dans un précédent numéro. Ferhat est ce tout jeune Turc âgé de 16 ans originaire de Giresun en Mer noire et habitant un quartier pauvre d’Istanbul. En octobre dernier, un policier lui a tiré dans le dos alors qu’il distribuait l’hebdomadaire de gauche «Yürüyüs». Depuis, il est condamné à se déplacer en chaise roulante. Ferhat a récemment assuré qu’il pourra remarcher grâce à l’amour de ses camarades. Malgré la lésion par balle dont il souffre à la moelle épinière, le voilà déjà accomplir ses premiers pas dans les couloirs de son hôpital. Son agresseur en uniforme n’a jamais été interpellé. Il est d’ailleurs toujours à son poste. Normal puisque pour la police et la magistrature turques, prôner le socialisme en Turquie, même à travers la distribution d’un journal, est en soi une activité terroriste. On se rappellera que cette logique unilatérale fut aussi défendue bec et ongles en Belgique par le procureur fédéral, tout au long de notre procès.

Mes pensées vont également aux nombreux activistes incarcérés pour avoir dénoncé dans une conférence de presse, l’exécution en décembre dernier d’une révolutionnaire du DHKP-C dénommée Kevser Mirzak ou pour avoir assisté à ses funérailles. Parmi les victimes de ces rafles, il y a Ethem Açikalin, président de la section de Adana de l’association turque des droits de l’homme (IHD), Meryem Özsögüt, une dirigeante du syndicat de la santé (SES) ainsi que plusieurs membres d’associations de quartier. Participer à une conférence de presse ou à des funérailles est en l’occurrence interdit par les lois turques lorsque la victime est labellisée « terroriste ». D’ailleurs, « victime » n’est pas le mot car en Turquie, un « terroriste » n’est jamais « victime ». Notre procureur fédéral et national n’en pense pas moins…

Que dire aussi de ces innombrables intellectuels et manifestants kurdes arrêtés ces dernières semaines pour avoir dénoncé les récentes opérations de l’armée turque visant les guérilleros du PKK retranchés dans le Kurdistan irakien ?

Sur décret du gouvernorat, de la police et du quatrième tribunal d’assises de la ville de Van, il est aujourd’hui interdit de crier « assez » en kurde au motif que « Êdi Bessé » (qui rappelle le très latino et non moins sympathique « Ya Basta ») est un slogan en faveur du PKK. En réalité, « Êdi bessé » est le nom de la nouvelle campagne menée par le parti pro-kurde DTP pour le droit à l’éducation en langue kurde, pour l’arrêt de la guerre menée au Kurdistan et pour la levée du régime d’isolement dont souffre Abdullah Öcalan, le dirigeant suprême du PKK, qui occupe à lui tout seul l’île-prison d’Imrali…

Déclarer son ras-le-bol en langue kurde devient ainsi de facto un acte terroriste.

Heureusement, en Belgique, nous n’en sommes pas encore là. Dans l’affaire du DHKP-C, le spectre du maccarthysme qui hantait le tribunal d’Anvers, a dû ravaler sa langue fourchue, rendre son tablier (ou sa toge, c’est selon) et plier bagages, la queue entre les jambes. Pour le procureur Delmulle, c’était le monde à «l’Anvers» ! Mais pour combien de temps encore…


Le Clea est un collectif citoyen visant à promouvoir un débat critique sur les nouvelles législations antiterroristes. Le cas de Bahar Kimyongür est exemplaire à cet égard. En vertu de ces nouvelles dispositions, non seulement les libertés d'expression et d'association sont mises à mal mais, en plus, l'avenir d'un homme qui n'a commis aucun délit et comdamné aujourd'hui à cinq ans de prison ferme, est gravement compromis.  
 
 
 

autocollant
Bahar Kimyongür est un symbole
Il est le symbole des dangers que la lutte contre le “terrorisme” fait peser sur nos libertés

Vous souhaitez soutenir Bahar concrètement ?
Ce qui suit vous intéressera :
Lire
Téléchargez ici, et reproduisez et diffusez SVP un tract au format pdf
Soutenir Bahar
Prochaine réunion du Clea : À fixer


«Dis-moi avec qui tu colistes...»
Lire :

«Un citoyen belge livré pour des raisons électoralistes à un régime pratiquant la torture ?»

Consultez aussi :
www.mouvements.be


Actualité de Huxley
«(...) au moyen de méthodes toujours plus efficaces de manipulation mentale, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques – élections, parlements, hautes cours de justice– demeureront mais la substance sous-jacente sera une nouvelle forme de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu'ils étaient aux bon vieux temps. La démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions (...) et de tous les éditoriaux mais (...) l'oligarchie au pouvoir et son élite hautement qualifiée de soldats, de policiers, de fabricants de pensée, de manipulateurs mentaux mènera tout et tout le monde comme bon lui semblera.»
Aldous Huxley, Retour au meilleur des mondes
n

Site optimisé pour le navigateur
Firefox
Firefox
Téléchargez-le ici