Jump to main content
banner
LE CLEA
Accueil
Charte
Actions du Clea
es Communiqués
eses Actualité
es Nederlands / English
es Clea en son et images
  Clea - Section Liège
Législations liberticides
Appel du SAD
es Note sur la loi anti-T
im Une nouvelle inquisition
Procès du DHKC
es Enjeux et contexte
es Les enjeux de ce procès
es Les détenus de Bruges
im Traiments inhumains et dégrandants en prison
Démocratie en Turquie?
Une presse sous emprise
es Un procès exemplaire
es L'autre affaire Erdal
es Procès en Appel à Gand
es Condamné à cinq ans
es Messages de soutien
es Comptes-rendus des audiences
es 1ère instance: Bruges
es Note sur le dossier de Bruges
es Jugement du 28-02-06
im Bahar Kimyongür
es Un complot contre Bahar
es Bahar libéré aux Pays-Bas
es Pétition, soutiens...
es Autobiographie
es Note sur l'arrestation aux Pays-Bas
es Lettre de l'avocat turc
es Jugement de La Haye
Dans le collimateur des lois anti-terroristes
es Procès politique à Liège
es Une menace qui grandit
Presse
es Cartes blanches, articles
Liste de diffusion
es

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion cliquez ici


À lire absolument notre nouvelle et très complète brochure «Kimyongur Bahar : Le dossier à charge»
[Lire]

Pour un soutien financier:
363-0054263-80

Portez le pin's
«Triangle rouge»
Le Clea en a fait son symbole

triangle rouge
Où se le procurer?
Cliquez sur l'image

Un seul pas suffirait pour arrêter le compteur macabre !
Avant son incarcération, Bahar Kimyongür avait lancé un appel urgent à la constitution d'une délégation internationale en Turquie en vue de sauver la vie de l'avocat des droits de l'Homme Behiç Asçi, en grève de la faim depuis plusieurs mois en protestation pour les conditions de détention de ses clients. Il fut écouté mais Maître Asçi se débat encore entre la vie et la mort. Faisons du geste généreux de Bahar une victoire : Soutenons sa campagne ! [Lire]

 


Le nouveau procès «DHKP-C» devant la Cour d’appel d’Anvers
Compte-rendu des deux premières audiences sur le fond, en date des 8 et 9 novembre 2007

Anvers 8/11/2007

Jeudi, le président Libert interroge les inculpés, vendredi, le Procureur Delmulle fait comme d’habitude et abroge la vérité


Bon à savoir : le bus de Lijn a son arrêt juste au pied de l’immeuble abritant la Cour d’Appel. Pour ceux qui arriveraient en train à la gare centrale d’Anvers, c’est vraiment des plus faciles.

Justice d’Appel : une fois dépassées les portes d’entrée d’un bâtiment vaguement moderne mais franchement laid, on doit donner «à la garde» sa carte d’identité en échange d’un badge numéroté, puis passer sous un portail détectant d’éventuels objets métalliques «non admis». Il faut dire que la présence policière est plutôt mesurée, voire discrète (rien à voir avec l’atmosphère pesante et suspicieuse ayant survolté les audiences à Bruges puis à Gand).

Jeudi 8 novembre, 14 heures: le procès «Erdal et consorts» recommence donc depuis le début. La Chambre d’Appel se trouve au premier étage. Une bonne cinquantaine d’amis de toutes sortes s’y sont donné rendez-vous. Une chambre à trois juges (le Président Stefaan Libert, ainsi que ses deux juges-assesseurs : I. Van Dijck et J.P. Vanden Eede) ; plus les deux représentants du ministère public (le Procureur fédéral Johan Delmulle et sa «main galante» Leen Nuyts); quatre prévenus (sur sept personnes poursuivies): Sükriye Akar; Musa Asoglu, Bahar Kimyongür et Kaya Saz; cinq avocats pour la défense des inculpés (Carl Alexander; Paul Bekaert et… son fils Simon; Raf Jespers  et Nadia Lorenzetti). Face à eux, esseulé : Kris Vinck, avocat de l’Etat turc «partie civile officieuse» (1). Sur les bancs de la «presse»: cinq journalistes dont Mehmet Özdemir, ce reporter payé à la pièce pour toute information qu’il aura pu glaner –puisqu’il est, en réalité, un agent informateur des services secrets turcs…

Jeudi 8 novembre. Cette première audience «sur le fond» va constituer un vraie première: le Président du tribunal a décidé de consacrer tout l’après-midi à l’interrogatoire des quatre prévenus présents. Selon le même scénario. Quand, après Musa Asoglu arrivera le tour de Sükriye Akar, on le comprendra : lui sera posée la même trame de questions (une bonne vingtaine) dans la même chronologie (pour Musa et Bahar, le Président sollicitera toutefois d’autres réponses spécifiques, liées aux allégations particulières qui leur sont reprochées par le ministère public). Questions-type : «Selon vous, que signifie le sigle DHKP-C ?»; «Quels sont les objectifs de cette organisation, que veut-elle ?» ; «Quelle est la différence entre le DHKP et le DHKC ?»; «Quels en sont les dirigeants ?»; «Etes-vous pour la révolution ?»; «Quels moyens le DHKP-C utilise-t-il pour atteindre ses buts ?»; «Ce mouvement agit de manière violente. Etes-vous d’accord ?»; «L'organisation pratique-t-elle la torture ?»; «D'où l'organisation se procure-t-elle de l'argent ? Pratique-t-elle le racket ?»; «L'organisation recoure-t-elle à la peine de mort ?»; «Comment avez-vous connu les autres accusés ? Quelles activités avez-vous eues avec chacun d’eux ? Quel jugement portez-vous sur chacun d’eux ?»…

En réalité, cette suite express de questions-réponses (destinées, sans doute, à quelque peu éclairer la Cour sur l’engagement et l’implication des uns et des autres) sera finalement plus négative qu’explicative: les inculpés devront s’en tenir à des réponses trop lapidaires, trop ramassées que pour être entendues et acceptées –un exercice à la va-vite, rendant impossible toute explicitation sur les raisons profondes de leur militance, sur le contexte historique dans lequel elle se sera développée (l’état de violence par lequel l’État a toujours régenté et continue d’administrer la société turque ainsi que les peuples qui la composent).

Musa Asoglu, à propos de «violences» : «Moi, je vis aux Pays-Bas. Là-bas comme en Belgique, tout ce que j’ai fait s’est toujours passé dans un cadre légal. Ni le DHKC, dont je suis membre, ni le DHKP n’ont jamais commis et n’ont jamais voulu commettre le moindre acte violent en Europe. En Turquie, l’organisation a justement abattu des policiers tortionnaires ou des maffieux liés et protégés par des officines d’Etat. Les armes retrouvées à Knokke étaient destinées à protéger Fehriye Erdal que des nervis, payés par Ankara, avaient été chargés d’assassiner par tous les moyens».

Détail qui a son importance, dans une affaire où le Ministère public n’a jamais cessé de trousser la réalité pour mieux détrousser la vérité : Musa répondra à S. Libert…, «Oui dans la Lancia, que je conduisais lorsque la police m’a appréhendé, se trouvait bien une antenne parabolique. Que je sache, ce n’est pas illégal. Par contre était illégale mon arrestation par les policiers belges: car elle a eu lieu sur le territoire hollandais».

Sükriye Akar (qui, plus d’une fois, a fait sourire les juges et rire le public): «Selon le Procureur Delmulle, j’aurais déclaré –lors du procès à Gand– être une dirigeante, et avoir milité depuis ma prime enfance pour la Révolution. D’emblée, je veux l’affirmer ici devant vous : je n’ai jamais dit ça. Il a tout inventé !». «A quel titre suis-je impliquée dans la présente affaire? Mais, Monsieur le Président, moi-même je me le demande encore. Sauf que, j’ai fait 14 mois de prison pour rien». «Vous me demandez qui est Musa Asoglu? Je vous le réponds tout net: c’est un très-très… chic type. Bahar Kimyongür? C’est une victime collatérale du 11 septembre 2001 et de l’hystérie antiterroriste. Il n’a rien fait de mal. Il n’a rien à faire dans cette affaire. Ni moi non plus, du reste…». Le Président : «Étiez-vous présente le 26 septembre 1999 dans l’appartement de la Zeedijck à Duinbergen ?». Sükriye : «Jamais de la vie, vous entendez. Et c’est prouvé !» (2).

Bahar Kimyongür : «Je suis un militant, un militant marxiste. Je ne suis pas membre du DHKP-C. Je n’ai rien à voir avec la violence, que par ailleurs je réprouve. Vous me demandez ce que signifie Parti-Front "révolutionnaire" ? "Révolutionnaire" est un adjectif tellement galvaudé… Vous savez : dès que l’industrie lance une modèle de voiture muni d’un nouveau klaxon, la publicité le promotionne comme un achat "révolutionnaire"… Ce dont je suis sûr, par contre : dans l’idée de  "Révolution", il y a la lutte pour l’indépendance, la justice sociale, le respect des minorités, la fin de l’exploitation».

Kaya Saz: «Le but du DHKP-C? Renverser le régime fasciste en Turquie et lui substituer le socialisme. Vous comprenez ?».

A 16 heures : si tout n’a pas été dit, le premier juge du tribunal semble –lui– «informé» à suffisance. La suite est donc renvoyée au lendemain avec les interventions du Ministère public.

Quelques minutes plus tard sur les marches du Palais, toutes les personnes venues à Anvers pour cette audience inaugurale, se sont mises bras dessus-bras dessous, bien serrées, pour une dernière photo. A côté de Deniz Demirkapi (attendant que tout le monde soit en place pour faire fonctionner son numérique), il y a tout à coup un type qui lui aussi nous fait face pour nous photographier. Mehmet Özdemir.

Vendredi 9 novembre, 9 heures du matin : changement d’ambiance...

Peu nombreuses sont les personnes dans les travées réservées au public... Il est vrai que le CLEA n’avait pas lancé de mobilisation particulière pour cette audience-là...

Quand on arrive, avec dix minutes de retard suites aux embouteillages sur le ring de Bruxelles, Leen Nuyts vient juste de commencer à lire –d’une voix monotone et égarée– un descriptif au vitriol : la menace et la malfaisance que représente, selon le Parquet fédéral (reprenant là le point de vue des États-Unis et d’Ankara), le DHKP-C –une organisation dont le Quartier général pour toute l’Europe était «clandestinement installé à la côte belge».

À peine un quart d’heure après ce premier «réquisitoire», c’est au tour de Delmulle à intervenir. A l’instar de la veille, il est flanqué de deux garde du corps, des malabars qui –en tous temps et en tous lieux– traînent à ses guêtres. Comme c’est déjà la troisième fois (au moins) que le magistrat fédéral se doit de résumer le dossier pénal, ça roule : il n’aura aucun égard pour le souci du détail. L’essentiel de sa «plaidoirie» portera sur les incriminations retenues, la soi-disant “légitimité” (au regard des faits tels qu'énoncés par lui) à les appliquer aux prévenus. Premier «coup de force» dans ses allégations à l’emporte-pièce: pour le représentant du ministère public, il y a une incontestable nécessité de condamner les prévenus du fait d’appartenance à une association de malfaiteurs «à visée terroriste»…, alors que cette notion n’existe pas dans le Droit pénal belge. Peu importe...

Pour soutenir l’attention et souligner l’importance de ses propos, Delmulle n’hésite d’ailleurs pas, à utiliser tous les moyens susceptibles d’aviver l’intérêt des trois juges. Ainsi, à un moment, il brandira la mitraillette ERO (retrouvée dans la Lancia véhiculée par Asoglu). Comme à Bruges et à Gand, le magistrat va entretenir à volonté la confusion, obligé –pour asseoir sa démonstration– d’évoquer non pas des faits commis en Belgique, mais aux Pays-Bas et en Allemagne... Ainsi fera-t-il référence aux «trafics d’héroïne, via une firme de transport international liée au DHKPC» –une histoire-bidon de financements occultes, intentionnellement travestie (3). Ou s’appesantira sur plusieurs dizaines de photos où «on voit clairement d’ex-militants ayant été exécutés par l’organisation» (alors qu’ici aussi J. Delmulle refuse de faire une critique rigoureuse et exhaustive des documents qu’il produit (4)

Revenant évidemment sur la qualification de «dirigeants d’une organisation terroriste» (incrimination portée à l’encontre d’Asoglu et de Kimyongür), c’est encore le même Delmulle qui trahira (comme à Bruges, comme à Gand) le contexte réel dans lequel s’était passée la fameuse conférence de presse du 28 juin 2004 à Bruxelles : «Non, c’est de leur propre initiative qu’Asoglu et Kimyongür ont distribué ce jour-là aux journalistes présents un communiqué du DHKC revendiquant un attentat»…

En réalité, cette conférence de presse n’avait jamais cessé d’être parasitée par les interventions pressantes et répétitives d’un des «journalistes» présent sur place, interpellant sans cesse les organisateurs sur un tout autre sujet que le Sommet de l’OTAN ayant lieu le même week-end à Ankara. Sur une cassette-vidéo où est enregistrée toute la scène (cassette diffusée devant les juges de la Cour d’Appel de Gand), on voit d’ailleurs Musa Asoglu (l’un des deux porte-parole de la conférence) être interrompu à plusieurs reprises, en cours d’exposé, par ce «reporter» turc à propos de l’attentat raté. «Nous ne sommes pas ici pour cela, mais pour parler de Resistanbul»: sont exemptes de toute ambiguïté la réponse d’Asoglu au journaliste singulièrement insistant et la traduction par Bahar de certains passages du communiqué (tels que lus par Asoglu), où le DHKP-C prend l’entière responsabilité de la tragédie, s’en excuse auprès de l’opinion et des parents des victimes. Dans pareil contexte, où les deux protagonistes expressément sollicités ne pouvaient se dérober à l’insistance d’un prétendu journaliste turcophone, il est donc parfaitement malhonnête de continuer à affirmer (à l’égal du magistrat fédéral) qu’Asoglu ou Kimyongür auraient décidé «de leur propre initiative» de «lire», traduire et distribuer le fameux communiqué à la presse. Précision importante, le nom du journaliste impétrant: Mehmet Özdemir…

Dernier cador de la journée du vendredi ? Kris Vinck. L’avocat de la partie turque. Pour trois-quarts d’heure à charge du DHKP-C et des prévenus. Deux effets de manche, parmi beaucoup d’autres: quand pour émouvoir le tribunal, Vinck a comparé le multimilliardaire O. Sabanci  (dont la Justice soupçonne F. Erdal d’avoir participé à l’exécution) au vicomte Davignon ; ou quand il a révélé que le DHKP-C n’hésitait pas à s’en prendre à des juges abhorrés.

                                                                                                Jean Flinker


(1) : Voir Une partie très peu civile
(2) : Voir Sükriye Akar : condamnée sans motif…

(3) : J. Delmulle –après Bruges et Gand– reprend ici le même exemple censé “délinquantiser” le DHKP-C. En réalité, il s’agit d’un travestissement volontaire des faits qui –à force d’être répété– confine au mensonge délibéré. La réalité ? Un dénommé Taka (sympathisant de l’organisation et vague relation de Musa Asoglu) travaillait dans une entreprise d’import-export aux Pays-Bas. Dans les années 90, il revend son camion. Très longtemps après, la police trouve dans le véhicule des papiers «compromettants» laissant supposer que le camion a servi –à son nouveau propriétaire– pour convoyer de la drogue. Implication du dénommé Taka dans cette histoire? Aucune. Pour le Procureur fédéral? Totale. Selon une logique inductive des plus tordues, par quoi «héroïne» veut dire «camion»; «camion» veut dire «Taka». Et Taka, c’est l’ami d’Asoglu, membre du DHKP-C. Conclusion ? Le trafic d’héroïne sert à financer les actions de l’organisation révolutionnaire turque…
(4) : Une fois encore, J. Delmulle se sert de documents non restitués dans leur contexte, pratique le confusionnisme (en refusant d’en distinguer les sources) pour convenir d’une accusation terrible : le DHKP-C est une organisation de militants «ayant du sang sur les mains» ; et c’est à cette organisation qu’appartiennent tous les prévenus. Or parmi les photos, figurant dans le dossier pénal, il y a –d’une part– des clichés où les victimes sont des militants de l’organisation, ayant été exécutés… par les forces de répression turques elles-mêmes (leurs corps carbonisés, harnachés de fil de fer… étant exposés comme autant de trophées); et –d’autre part– des membres du DHKP-C tués par l’organisation. Parce que ceux-ci avaient accepté de «travailler» pour la Sûreté d’Etat turque, de lui donner les noms d’autres militants. Une fois arrêtés, ces derniers avaient été atrocement martyrisés –pour n’avoir rien dit, ni céder face à leurs tortionnaires policiers. Un engrenage mortifère que le DHKP-C avait décidé d’interrompre. Bis repetita… Lors du procès de Bruges, Delmulle avait déjà employé les mêmes méthodes torves. En première instance, il avait ainsi accusé les prévenus d’être solidairement responsables de tous faits criminels imputables à l’organisation –en se référant à un jugement hollandais inaugurant ce type de jurisprudence. En réalité, le tribunal batave avait clairement énoncé le contraire, refusant de se livrer à ce genre d’amalgames crasseux (voir L’autre affaire Erdal [Deuxième partie, «Les réquisitions»]).



Le Clea est un collectif citoyen visant à promouvoir un débat critique sur les nouvelles législations antiterroristes. Le cas de Bahar Kimyongür est exemplaire à cet égard. En vertu de ces nouvelles dispositions, non seulement les libertés d'expression et d'association sont mises à mal mais, en plus, l'avenir d'un homme qui n'a commis aucun délit et comdamné aujourd'hui à cinq ans de prison ferme, est gravement compromis.  
 
 
 

autocollant
Bahar Kimyongür est un symbole
Il est le symbole des dangers que la lutte contre le “terrorisme” fait peser sur nos libertés

Vous souhaitez soutenir Bahar concrètement ?
Ce qui suit vous intéressera :
Lire
Téléchargez ici, et reproduisez et diffusez SVP un tract au format pdf
Soutenir Bahar
Prochaine réunion du Clea : À fixer


«Dis-moi avec qui tu colistes...»
Lire :

«Un citoyen belge livré pour des raisons électoralistes à un régime pratiquant la torture ?»

Consultez aussi :
www.mouvements.be


Actualité de Huxley
«(...) au moyen de méthodes toujours plus efficaces de manipulation mentale, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques – élections, parlements, hautes cours de justice– demeureront mais la substance sous-jacente sera une nouvelle forme de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu'ils étaient aux bon vieux temps. La démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions (...) et de tous les éditoriaux mais (...) l'oligarchie au pouvoir et son élite hautement qualifiée de soldats, de policiers, de fabricants de pensée, de manipulateurs mentaux mènera tout et tout le monde comme bon lui semblera.»
Aldous Huxley, Retour au meilleur des mondes
n

Site optimisé pour le navigateur
Firefox
Firefox
Téléchargez-le ici